L’APPAREIL URINAIRE
Page 4

 

II - Les voies excrétrices de l'urine

Les voies excrétrices de l'urine comprennent trois segments : les deux uretères, la vessie et l'urètre; elles débutent dans le bassinet, partie intrarénale de l'uretère proximal dont il a la même structure.

1) L'uretère

L'uretère est un tube musculaire long (25 à 30 cm) et étroit qui véhicule l'urine du rein à la vessie; sa paroi est formée de trois couches : une muqueuse, une musculeuse et une adventice

. la muqueuse comprend un épithélium particulier appelé urothélium et un chorion aglandulaire conjonctivo-élastique; elle est plissée à l'état vacant, dessinant une lumière canalaire étoilée en coupe transversale, ce qui permet sa dilatation lors du passage de l'urine

. la musculeuse est formée de deux couches de fibres musculaires lisses dans la partie proximale de l'uretère (comme dans la paroi du bassinet) : une couche longitudinale interne et une couche circulaire externe; dans le 1/3 terminal de son trajet, elle s'enrichit d'une couche supplémentaire formée de fibres musculaires longitudinales; dans les trois couches, les fibres musculaires sont groupées en faisceaux séparés par des travées conjonctives épaisses; des mouvements péristaltiques, sous contrôle nerveux végétatif, assurent la progression de l'urine

. l'adventice a la structure classique de tissu conjonctif lâche contenant des vaisseaux et des nerfs; elle contient de nombreuses fibres élastiques.

La diapositive n°25 ( fg ) montre une coupe transversale réalisée dans le 1/3 inférieur de l'uretère, avec la lumière étoilée (LU), la muqueuse (MUQ), la musculeuse (MUSC) et l'adventice (ADV); sur la photo zoomée, on observe l'épithélium pluristratifié (ep), le chorion aglandulaire (ch), les trois plans de la musculeuse : couche interne circulaire (cil), couche moyenne circulaire (cmc) et couche externe longitudinale (cel).

L'urothélium tapisse la muqueuse des calices, du bassinet, de l'uretère et de la vessie; c'est un épithélium pluristratifié particulier, appelé parfois épithélium de transition, qui est polymorphe c.à.d. qu'il change d'aspect en fonction de l'état de vacuité ou de réplétion des voies urinaires :

- dans l'état de vacuité, il comprend une assise profonde dense de petites cellules cubiques serrées les unes contre les autres, une couche moyenne de cellules dites "en raquette" avec un pôle apical convexe et un pôle basal effilé, et une assise superficielle de cellules cubiques ou prismatiques souvent binucléées

- dans l'état de réplétion, l'épithélium s'étire et devient moins épais; les cellules changent de forme et glissent les unes par rapport aux autres; l'assise basale est moins dense car les cellules sont plus étalées; les cellules en raquette de la couche moyenne se sont transformées en cellules pavimenteuses ainsi que les cellules de l'assise superficielle.

La surface de l'urothélium est recouverte d'une sorte de cuticule protégeant l'épithélium des substances toxiques contenues dans l'urine; cette cuticule se présente sous forme de plaques articulées rigides et épaisses séparées par de petites zones plasmatiques* "charnière" ; quand l'épithélium se plisse à la manière d'un accordéon, les zones charnières s'enfoncent sous forme de fentes entre les cellules épithéliales

* à leur niveau, des complexes de jonction empêchent la pénétration de l'urine dans la paroi

la diapositive n°26 ( FG ) montre la cuticule (cu) recouvrant l'épithélium, les cellules en raquette (cr), aux limites cytoplasmiques bien visibles, de la couche moyenne et le début du chorion (ch).

2) La vessie

La vessie est le réservoir, de forme approximativement sphérique, de l'urine; sa structure histologique est tout à fait comparable à celle du tiers terminal de l'uretère

la diapositive n°27 ( FG ) permet de voir les différentes couches de l'épithélium vésical : les cellules superficielles (cs) parfois binucléées, les cellules en raquette (cr) de la couche moyenne, l'assise de cellules basales (cb) aux noyaux serrés les uns contre les autres; la membrane basale (MB) sépare l'épithélium du chorion (CH) sous-jacent.

3) L'urètre

L'urètre véhicule l'urine, de la vessie au milieu extérieur; à la jonction vessie-urètre, un épaississement de la couche musculaire moyenne de la vessie mêlé à des fibres urétrales forme le sphincter lisse urétral qui est sous le contrôle du SN végétatif ; lors du stockage de l'urine, les fibres sympathiques relâchent les fibres musculaires lisses de la vessie et maintiennent le sphincter lisse urétral fermé; lors de la miction, les fibres parasympathiques contractent la musculature lisse de la vessie et ouvrent le sphincter urétral alors que le sphincter strié du périnée se contracte sur la commande du SN central (acte volontaire).

L'urètre masculin, conduit urogénital a été étudié avec l'appareil génital; l'urètre féminin, long de 4cm environ relie la vessie au méat urinaire situé entre le clitoris et le bord supérieur de l'orifice vaginal; il est bordé essentiellement par un épithélium pluristratifié pavimenteux de type malpighien; les canaux excréteurs de petites glandes muqueuses situées dans le chorion déversent du mucus qui lubrifie la paroi urétrale.

Les infections bactériennes des voies urinaires sont fréquentes : l'urétrite atteint surtout l'homme en particulier l'urétrite gonococcique ou blennorragie, due à Neisseria gonorrhae, maladie sexuellement transmissible (MST) ne causant pas de troubles nets chez la femme porteuse du germe; la cystite, infection de la vessie, plus fréquente chez la femme, est due le plus souvent à Eschérichia coli responsable de la colibacillose; ces pathologies se manifestent par des brûlures à la miction, des mictions fréquentes et impérieuses avec seulement quelques gouttes d'urine, et parfois une fièvre; l'infection peut gagner le bassinet et le tissu interstitiel du rein et provoquer une pyélonéphrite avec une forte fièvre et des douleurs lombaires unilatérales; les traitements antibiotiques sont efficaces s'il n'y a pas de facteur particulier, par ex. une obstruction de l'uretère par un calcul ou une malformation congénitale des voies urinaires.

Sommaire